Oïdium courgette : de quoi s'agit-il concrètement ?

Tout savoir sur l’oïdium de la courgette

L’oïdium de la courgette désigne une catégorie composée d’un grand nombre de champions nuisibles à l’espèce végétale. Il se développe sous une température optimale variant entre 23 et 30 degrés. Il apparaît également à l’issue de l’alternance des journées chaudes et des soirées chaudes, ou lorsque l’hygrométrie connaît un pic élevé. À quels signes le reconnaît-on ? Comment l’éviter ? Existe-t-il des moyens de traitement ?

Comment se manifeste l’oïdium de la courgette ?

L’oïdium attaque la courgette à n’importe quel stade de sa croissance, un peu comme la punaise verte dans le jardin de la maison. Il se caractérise par l’apparition de taches blanches à l’aspect poudreux sur les parties supérieures et inférieures des feuilles. Les signes de la maladie s’observent aussi sur d’autres parties telles que :

  • Le limbe ;
  • Les pétioles ;
  • Et la tige.

Par ailleurs, si rien n’est fait pour ralentir son développement, l’oïdium gagne la courgette et finit par la tuer. Pour tous vos besoins en travaux d’entretien de votre jardin contre l’oïdium et tous les autres ennemis des plantes, cliquez ici.

Comment prévenir l’attaque de l’oïdium ?

Comme le mildiou qui couvre la tomate, l’oïdium affectionne de nombreux végétaux du jardin au nombre desquels la courgette. Mais, si vous voulez prévenir son apparition, voici quelques conseils.

Effectuez plusieurs séries

À partir du mois de mai, vous pouvez planter sous serre une première série de courgettes et une deuxième en extérieur que vous allez récolter en juillet. Vous semez vers la moitié de ce même mois, une dernière série en serre suffisamment éloignée de la première, pour une culture en fin de saison. Il est rare que tous les végétaux soient attaqués aux mêmes moments, c’est pourquoi cette technique vous permettra de cultiver et de récolter vos courgettes quasiment sur toute l’année.

Évitez de sur-fertiliser les plantes

L’excès d’azote peut causer des dommages à vos cultures de courgettes. Alors, il vaut mieux utiliser des fertilisants naturels. Ils réduisent les risques de phytotoxicité, un phénomène qui favorise la prolifération de l’oïdium.

BON À SAVOIR : En période estivale, vous devez obligatoirement aérer votre serre pour le mieux-être et la sécurité de vos cultures. Aussi, lorsque vous constatez l’apparition de plants contaminés par l’oïdium, coupez-les pour ralentir leur prolifération. Enfin, plantez vos courgettes aux quatre coins de votre jardin potager, pour maximiser les chances qu’elles ne soient atteintes simultanément en cas d’attaque.

Les possibles traitements contre l’oïdium de la courgette

Pour venir à bout de l’oïdium de la courgette, vous pouvez utiliser des pesticides et autres produits chimiques. Ils sont certes puissants, mais souvent nuisibles à la santé des hommes et des animaux. Il y a également l’option de produits naturels pour le traitement de la courgette. Dans ce cas, il s’agit d’une alternative bio et écologique. Le bicarbonate de potassium et le souffre constituent des éléments efficaces en la matière, même s’ils ne le sont pas autant que les produits phytosanitaires. Par ailleurs, vous devez limiter leur utilisation, notamment le souffre dont les effets peuvent être dévastateurs. Quelques solutions naturelles peuvent être d’une grande utilité. Il s’agit :

  • Du purin de prêle ;
  • Du lait ;
  • Du lactosérum et des solutions maison à base d’huiles essentiels, etc.

Vous savez dès lors tout sur l’oïdium de la courgette, prenez désormais vos précautions.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *